FreeTrend

Ces artistes qui expérimentent la Food Fashion

Un mini sac Prada en escalope de porc panée, un soutien-gorge en pelure d’orange ou des escarpins en légumes ? Vous êtes en 2021 et : oui, tout cela existe vraiment ! À croire que les aliments deviennent des accessoires de mode comme les autres. Et comme on nous serine depuis l’enfance qu’il est interdit de jouer avec la nourriture, qui s’étonnera que des enfants terribles de la mode comme Jacquemus ou Jeremy Scott (Moschino) se fassent un malin plaisir d’assumer sur les catwalks leurs explorations culinaro-fashionistiques ? Talonnés de près par toute une escouade de jeunes créatifs dont les oeuvres hautement instagramables détournent, pastichent, et inventent une mode comestible aussi drôle que formellement (et techniquement) spectaculaire.

Il y a quelques semaines à peine, la toujours très conceptuelle Maison Margiela s’unissait au rappeur estonien Tommy Cash pour une collection capsule franchement déroutante. Le fruit de leur union : une petite bizarrerie aussi moelleuse qu’hilarante : une paire de chaussons… au design “imitation pain de mie” ! Tout ça pour nous dire que les boulangers ne sont pas les plus mal chaussés ? Message reçu : aussitôt sorti du four, ce trompe-l’oeil décalé a généré un buzz phénoménal sur la toile.

Chez Simon Porte Jacquemus, l’inspiration food se distille tout en poésie lors de son défilé post confinement printemps/été 21. Quelques couteaux-fourchettes en cuir, accrochés façon pompon, ornent un costume jaune pastel, tandis que des épis de blé sont semés sur les tops ou les robes.

Le boss de la métaphore culinaire ? Le déjanté Jeremy Scott. Pour son défilé Moschino automne/hiver 2020, il présente une robe en pièce montée bien crémeuse, en hommage à la célèbre gourmandise de Marie-Antoinette.

A l’automne 2014 déjà, le turbulent directeur artistique de Moschino avait fait un clin d’œil pop à l’enseigne McDonald en dégainant des sacs à main Happy Meal en cuir rouge pétant, suspendus à leur chaine dorée. C’est d’ailleurs peut-être ce succès retentissant qui a donné à McDonald l’élan pour mettre le paquet sur ses collabs fashion : après la collection capsule de 2020 avec le célèbre rappeur américain Travis Scott, le géant de la junk food s’associe ce mois-ci à la marque adidas Originals pour décliner sa palette de couleurs jaunes et rouges sur une gamme de survêtements réversibles, de hoodies et de t-shirts.

Plus rares et téméraires sont celles et ceux qui osent porter des vêtements et des accessoires conçus à base de vrais produits alimentaires. Il y a dix ans, l’intrépide Lady Gaga foulait pourtant le tapis rouge des MTV Awards dans une tenue entièrement constituée de viande crue. Un terrain de jeu créatif plutôt réservé aux artistes adeptes des œuvres éphémères, à l’image du jeune designer japonais Dimda et de ses détournements de pièces luxueuses. Ses 70 000 abonnés sur Instagram se délectent d’un appétissant sac à dos Marc Jacobs composé de nouilles soba ou d’un Dior Saddle bag en matcha bread. Aussi ingénieux qu’alléchant.

La designeuse américaine basée à Paris, Giulia Ceccacci-Phillips, elle, mise tout sur l’hyperréalisme. En 2019, la Maison Hermès lui confiait toute une campagne pour laquelle elle avait minutieusement reproduit, dans une collection de cakes bluffants, les pièces phares de la saison. Sac à main, sandales, flacon de parfum : impossible de déjouer ses trompe-l’oeil avant de les voir découpés par un couteau dans des videos “so satisfying to watch” !

@Giulia_ceccacci_phillips

@Gabbois

@Nikolajbeyer

@_jazreyes

@Dimda_

@Nicolemclaughlin

@Isaroalb

@Lortodimichelle

@Sasamana1204

0 %