FreeTalent

Pourquoi on doit toutes et tous voir l’exposition hommage à Simone Veil

Icône de la lutte pour le droit des femmes, figure politique d’exception, survivante de l’enfer des camps d’extermination : le parcours inouï et bouleversant de Simone Veil est à redécouvrir, gratuitement, à la salle Saint Jean de l’Hôtel de Ville de Paris. Du 28 mai au 21 août 2021, l’exposition-hommage poignante « Nous vous aimons, Madame » s’appuie sur une documentation riche de 500 pièces, dont certaines inédites, issues des archives privées de cette femme pionnière disparue en 2017.

Hémicycle strasbourgeois du Parlement européen lors de la proclamation de l’élection de Simone Veil à sa présidence, 17.07.1979, CVCE / © Jean-Louis Debaize/Union européenne

De sa naissance en 1927 à sa mort en 2017, Simone Veil a marqué l’histoire par son esprit libre, son courage et sa ténacité. Première femme ministre de la Ve République en 1974, première présidente du Parlement européen en 1979, cette pionnière luttait pour les conditions des prisonniers puis est devenue une icône féministe qui a porté sur ses solides épaules le droit à l’IVG en France. Mais avant d’accéder à ces statuts, la toute jeune Niçoise Simone Jacob, alors à peine âgée de 16 ans, est déportée dans l’horreur du camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Une période d’effroi et de traumatisme qui a scellé son destin et ses convictions pour les droits humains.

Pour sa première exposition post-confinement, l’Hôtel de Ville de Paris consacre donc à Simone Veil une rétrospective saisissante rendant hommage à son parcours exceptionnel. Orchestrée par l’archiviste Constance de Gaulmyn et le politologue et enseignant à Sciences Po Olivier Rozenberg. Les deux commissaires ont rassemblé durant trois années plus de 500 morceaux d’Histoire désormais dévoilés au public.

Simone Veil et Valéry Giscard d’Estaing, en conférence de presse, 9 mars 1977, Arch nat AG/5(3)/3501 reportage 3458. / © Service photographique de la Présidence de la République

Photographies familiales inédites, vidéos, audios, documents officiels, lettres, coupures de presse… et même l’original de ce discours entré dans l’Histoire, que Simone Veil pensait perdu : celui sur la dépénalisation de l’avortement, prononcé à l’Assemblée par la Ministre de la Santé le 26 novembre 1974. On est pris d’une émotion particulière devant son brouillon manuscrit, parfois corrigé. Avec cette première phrase rédigée d’une seule traite, sans rature, au stylo rouge de celle qui sait combien ses mots vont résonner : « Je voudrais tout d’abord vous faire partager une conviction de femme : je m’excuse de le faire devant cette assemblée presque exclusivement composée d’hommes : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement, il suffit d’écouter les femmes. »

Nous vous aimons Madame “. Ces mots prononcés par Jean d’Ormesson à Simone Veil tout juste élue à l’Académie française en 2010, résonnent encore à travers les millions d’individus qu’elle a touchés par son histoire, ses combats et ses actions. Une exposition d’utilité publique, que filles et garçons de tous âges peuvent découvrir jusqu’au 21 août. En clair, on y va entre copines mais on emmène aussi ses frères, ses copains, ses cousins !

L’exposition consacrée à Simone Veil “Nous vous aimons Madame”, est à découvrir à l’Hôtel de Ville de Paris, du 28 mai au 21 août 2021.

0 %